dimanche 25 janvier 2015

Le marché quai Saint Antoine à Lyon

carottes marche quai saint antoine lyon

Aujourd’hui j’avais envie de vous parler de ce marché à Lyon qui est mon meilleur plan pour effectuer ses courses à moindre coûts, faire le plein d’inspiration et surtout pour s’imprégner de cette ambiance à la lyonnaise. Je risque du coup de ne pas être hyper hyper objective au vu de l’attachement émotionnel que j’ai pour cet endroit où on célèbre la vie et la bonne bouffe.

IMGP9306

Si je le connaissais de réputation pour la gouaille de ses producteurs, j’ai véritablement découvert le marché quai Saint Antoine, il y a 7 mois, quand j’ai emménagé dans le quartier du vieux Lyon. Se trouvant à moins de 3 minutes de chez moi et étant présent tous les jours sauf le lundi, il était inévitable que j’y pointe le bout de mon nez.

IMGP9348

Après plusieurs mois à l’apprivoiser, à prendre le temps de découvrir les étals, et à m’y faire mes petites habitudes, je crois que je peux désormais vous confier mes bons plans sur ce lieu emblématique de la vie lyonnaise.

IMGP9255 IMGP9266

Aujourd’hui 80% de mes courses alimentaires proviennent de ce marché. J’y achète mon pain bio pour parfaire les planches charcuterie / fromage du dimanche soir, mais aussi mes fruits, mes légumes, ma viande, mon poisson, ma crémerie, mes herbes aromatiques et mes bouquets de fleurs. Tout ce petit shopping, je le réalise en moins d’une heure avec une vue imprenable sur la Saône et la colline de Fourvière, dans une ambiance joviale qui me fait vraiment aimer faire les courses.

fleurs marché

Je débute toujours ma promenade au niveau du pont Bonaparte (celui qui relis Bellecour à Vieux Lyon).

Le premier stand où je m’arrête est celui de Marie et Jean Arcan de la Bergerie de la Cordière qui proposent des viandes de porc et d’agneau provenant d’un élevage naturel et responsable (pour la sale bobo eco-friendly que je suis, c’est important).

bergerie de la cordiere

Juste en face, au stand de Josette et Pascal Schaich (qui tiennent aussi le restaurant les 3 petits cochons à la Croix Rousse), vous trouverez myriades de saucissons tous plus bons et originaux les uns que les autres.

aux trois petits cochons lyon

Concernant mes fruits et légumes je fais attention à me fournir chez des producteurs qui ne vendent que des produits de saison issus de leurs récoltes et non chez des revendeurs se fournissant chez des grossistes et vendant des tomates ou des fraises en plein milieu du mois de janvier. Pour reconnaitre les producteurs, il suffit de se fier aux pancartes sur leurs échoppes, mais aussi aux files d’attente devant celles-ci, et à l’aspect des produits qui ne sont pas aussi parfaits et calibrés que ceux que l’on trouve dans les supermarchés.

prix navet

Lorsque je sens que durant les 48 prochaines heures, un gros amas de flemme va me tomber dessus et m’empêcher de cuisiner, j’anticipe en sortant 3,50 euros de mon porte monnaie et en achetant des empanadas accompagnés de sauce verte à Senor Carlos, un chilien dont j’affectionne particulièrement la cuisine.

pain bio

Je parenthèse. Le bon plan est de venir entre 12h30 et 13h30 lorsque la fin du marché approche et que les producteurs cassent les prix. Par ailleurs, le dimanche matin reste le jour de la semaine où les exposants sont les plus nombreux. C’est d’ailleurs généralement ce jour là que je fais le gros de mes courses (en réajustant si besoin les autres jours de la semaine).

IMGP9336

Reprenons. Près de la passerelle du palais de justice, vous trouverez ce brave Coco qui vend (n’ayons pas peur des mots…) le meilleur poulet rôti de ce marché. Tellement doré et alléchant qu’il n’y en a généralement plus sur les coups de midi. D’ailleurs lorsqu’il ne lui reste que quelques produits, les prix tombent à -50% ce qui vous permet d’avoir un poulet fermier à environ 7 euros.

IMGP9324

Pour rentrer chez moi, je traverse le marché dans l’autre sens afin de retourner à mon point de départ, et lorsque le soleil est au rendez-vous, j’enfile mes lunettes et m’arrête manger quelques huitres accompagnées d’un verre de vin blanc sous la bénédiction de la basilique de Fourvière, à l’un des troquets présents sur les quais.

marché quai saint antoine lyon

Après mettre bien lécher le museau, je retourne alors à mon petit appartement accompagnée de ma bonne conscience qui me félicite pour ces bons achats frais, locaux et de saison.

Facebook | Twitter | Instagram | Pinterest

 

lundi 12 janvier 2015

New year, New you

Helene Denis Sacs printemps

Initialement je souhaitais poster cet article jeudi dernier, mais avec les trois guignols ayant plombé l’ambiance générale, ça aurait été moyen moyen de faire des blagues et de vous parler de mes résolutions de citadine névrosée.

Ne pouvant faire un ctrl-Z sur ces 10 derniers jours ou signaler un erratum et vous souhaiter une excellente année 2016, je vous propose donc de ranger nos kleenex et de nous tenir debout plus combatif et déterminé que jamais.

table basse bois brut gouter geek

En parlant de combativité, il semblerait que ce nom fut celui qui m’a bercé tout au long de cette année transitoire. 2014 ne fut pas un millésime particulièrement merveilleux, mais cette année a été déterminante concernant mes choix de vie. Je vous propose donc un bilan de ces 12 derniers mois. Un bilan thématique comme dans l’horoscope d’un mauvais magasine féminin.

ponytail deco de noel

Amour

Il y a un an j’étais embourbée dans une relation malsaine qui me rendait extrêmement malheureuse. Il s’agissait d’une relation dont je ne parvenais pas à me défaire du fait que j’étais dans la caste des « plus casée que moi tu meurs » et qu’après 6 ans de vie à deux, j’avais une trouille bleu de me retrouver seule (mais ça hein, je n’en n’avais pas conscience, sinon promis, je me serais mise des claques).

Fort heureusement pour moi, cette relation s’est terminée début mars. Comme je vous l’expliquais dans cet article pompeusement appelé « Comment survivre à une rupture » je me suis rapidement remise de cette séparation.

Tellement bien remise que 4 mois après, j’en entamais une nouvelle (Ne me regardez pas avec ce petit air malveillant, je sais très bien ce que vous vous dites). J’ai alors dégoté un garçon adorable qui me préparait des bains moussant avec bougies et musique lorsque j’arrivais chez lui, et qui me jouait du Amélie Poulain au piano. Mièvre comme je suis il ne m’en fallut pas plus pour décréter qu’être en couple c’était finalement très swag.

Il y a quelques jours j’ai toutefois appuyé sur le bouton « pause » de cette relation qui s’accélérait et qui dans le même temps me faisait un peu flipper (en amour je ne suis pas du genre pressée).

only lyon mariniere

Travail

J’ai enchainé cette année deux CDD de 6 mois dans une agence de com’ orientée lifestyle en tant que chargée de projet web. Cette expérience fut formidable d’un point de vue professionnel. J’ai eu la chance de travailler sur de nombreux événements presse dans des lieux tous plus beaux les uns que les autres, de rencontrer des blogueurs et journalistes passionnées, de faire de la gestion de projets auprès de clients renommés, et d’avoir une autonomie et une marge de manoeuvre des plus agréables.

Mon contrat s’est terminé il y a un mois et malgré les très chouettes missions sur lesquelles je travaillais et l’équipe géniale avec qui je partageais mes journées, je suis contente de me tourner vers de nouveaux objectifs. (Je vous en dis plus dans la seconde partie de ce billet, ceci n’était en fait que du teasing.)

evenement blogueurs Helene starbucks

Santé

Comme je vous le disais précédemment, il y a un an j’étais malheureuse (hashtag euphémisme). La conséquence collatéral de ce mal être fut une prise de poids. Genre beaucoup de poids. Ok, 15 kg. Je n’étais pas moi, ce corps m’étais inconnu et je me sentais vraiment à l’étroit dedans. Quelques semaines après ma séparation j’ai pris les choses en mains en réévaluyant mon alimentation et en me mettant une bonne fois pour toute au sport.

A l’heure où j’écris ces lignes j’ai enfin tout reperdu. Enfin bon, il me reste 1 kg, quoi. Ok 1,5 kg. Peut-être 2 kg à cause de la tartiflette d’avant-hier. Mais globalement les résultats sont là, ce qui m’a permis de regonfler à bloc ma confiance en moi, d’effacer cet éternel sentiment d’imposture et surtout de me rendre compte que je n’étais pas cette fille fragile que je pensais être, et qu’il n’était finalement pas si difficile que ça d’atteindre ses objectifs à partir du moment où l’on s’en donnait les moyens.

gordon basket

Cette année 2014 m’a donc permis de remettre les compteurs à zéro, de consolider les énormes failles qui étaient présentes dans la version 2013 de ma vie, et de pouvoir attaquer 2015 sous les meilleurs auspices.

Je pourrais arrêter ce billet là, sur cette note positive et pleine de promesses, mais si il y a bien une chose que viennent de m’apprendre ces 12 derniers mois, c’est que j’ai besoin d’objectifs pour avancer. Je ne parle pas de projets inatteignables ou fantasmagoriques mais bien d’un plan de vie me permettant de savoir où je veux mener ma barque.

C’est pourquoi pour la première fois de ma vie, j’ai décidé d’avoir cette année des résolutions, ou tout du moins une finalité à atteindre. Certains de ces objectifs ne dépendent pas de ma seule volonté, mais disons qu’en cochant l’une après l’autre les cases de cette « to do list » que je vais vous énoncer, je crois que ma vie ressemblerait à un parfait idéal.

detox water origami

Si l’année 2014 a été sous le signe de la combativité, j’aimerais que cette année 2015 soit quant à elle associée à la stabilité.

Trouver un job stable dans une agence de com’ parisienne :

J’adore Lyon, c’est une ville de coeur que j’affectionne énormément, mais cela fait aussi un sacré paquet d’années que je souhaite aller vivre à Paris. Alors qu’il s’agissait jusqu’à présent d’un simple projet de l’ordre du fantasme, je n’ai aujourd’hui rien qui ne m’empêche de le concrétiser.

J’ai donc commencer à actionner depuis quelques semaines tous les leviers me permettant de partir, en débutant par la phase boulot. J’ai envoyé des CV, passé des entretiens et j’ai même décliné des postes dans lesquels je ne me retrouvais pas totalement ou qui n’étaient pas suffisamment bien payés (ne nous leurrons pas, cet aspect reste essentiel).

Aujourd’hui je recherche donc un job dans une agence de com’ à l’ADN créatif et digital dans laquelle je pourrais m’investir totalement. J’ai actuellement plusieurs pistes et j’espère donc pouvoir rajouter une nouvelle ligne sur mon CV d’ici le printemps.

talons hauts lyon saint jean

Me dégotter un nouvel appart’ dans lequel je pourrai poser mes valises pour de bon :

Depuis septembre 2011, j’ai déménagé 6 fois, sans jamais réussir à rester plus d’un an au même endroit. Je rêve de dénicher un appartement mignon dans lequel je me sentirai bien et dans lequel je pourrai totalement m’investir en terme de décoration.

Souvenez-vous, en septembre dernier lorsque je vous présentais mon appartement lyonnais, je vous disais ne pas vouloir dépenser des fortunes en terme de mobilier du fait que je ne comptais pas m’éterniser à cet endroit.

Aujourd’hui je suis plus que jamais frustrée de cette situation, et j’aimerais pouvoir dépenser mon argent dans un canapé, un bureau et des chaises de designer. J’ai vraiment besoin d’un nid à mon image et d’un appartement dans lequel je pourrais rester durant de longs mois.

quais de soane flower

 Avoir une certaine stabilité sentimentale :

Le moins que l’on puisse dire c’est que cette année fut une véritable montagne russe pour mon petit coeur. Cela fut certes chaotique mais surtout bénéfique car aujourd’hui je sais précisément ce que j’attends de mon couple.

Finis donc les relations ne me satisfaisant pas pleinement avec des garçons nevrosés, pessimistes et obtus. Je vais donc laisser mon coeur en jachère le temps qu’il se repose, et que j’ai de nouveau envie de m’impliquer dans une histoire solide avec une personne ayant le maximum de critères présents sur ma wishlist (oui oui je sais, j’ai un gros problème avec les listes).

En ce début d’année j’ai donc surtout envie de donner tout mon amour à mes amis et à ma famille, et j’essaierai peut-être d’être moins sur la défensive dans quelques mois afin de pouvoir m’impliquer dans une relation satisfaisante.

appart' potimaron

Finir de perdre mes petits kilos en trop

Il y a quelques semaines mon père me disait que plus les mois et années passés, plus il me voyait devenir exigeante avec moi-même. Je crois qu’il a raison, car aujourd’hui j’ai beau avoir retrouvé mon poids d’avant, je souhaite toutefois aller plus loin.

En effet, je réalise qu’en me prouvant que je suis capable de faire quelque chose, je parviens dans le même temps à lutter contre les doutes et le sentiment d’imposture que je ressens à mon égard. Cette quête de la gratitude personnelle est grisante et c’est donc elle qui me pousse à débuter de nouveaux projets électrisant.

Ma seconde motivation est mon amour de la sape. Je passe un temps fou à faire les boutiques, à avoir le nez dans les magazines féminins et dans le même temps à être frustrée en n’osant pas porter ce crop-top trop mignon ou ce short mom vraiment très court. J’aimerais donc pouvoir m’acheter mes fringues par coup de coeur plus qu’en fonction de ma morpho.

baskets spring

Trouver une certaine régularité dans la publication de mes billets

Toujours dans la dynamique d’insuffler de la stabilité à ma vie, j’aimerais cette année être capable de poster sur ce blog à un rythme constant. Actuellement je peux ne rien publier durant un mois, et ensuite enchainer trois articles en l’espace de quatre jours.

Même si je blogue par pur plaisir, sans aucune ambition derrière, j’aimerais toutefois avoir plus de constance dans la publication de mes billets. Je vais donc essayer d’être plus sérieuse afin de vous retrouver ici à un rythme régulier.

***

Voila, vous connaissez désormais tout de mes motivations pour cette nouvelle année, et vous qu’aimeriez voir changé dans votre vie d’ici un an ?

Facebook | Twitter | Instagram | Pinterest

 

jeudi 08 janvier 2015

Je suis Charlie, tu es Charlie, nous le sommes tous

je suis charlie

Hier je scrollais mon fil Twitter alors que j’étais en train d’attendre une nana qui devait m’acheter mon vieil iPhone. C’est à ce moment là que c’est arrivé, que la nouvelle m’a explosé en pleine face. J’ai eu le temps de lire, de comprendre ce qui se passait et cette fille est arrivée. J’avais tellement envie de la prendre dans mes bras, de la serrer fort pour respirer un grand bol d’humanité. Mais finalement nous avons effectué notre petite transaction, et je ne l’ai pas prise dans mes bras, paralysée par la sordide nouvelle que je venais d’apprendre.

J’ai alors eu une boule au ventre, une douleur physique que je n’avais jamais connue en lisant une actu aussi sordide soit-elle. Mon premier réflexe fut de textoter une amie journaliste en lui disant juste « Tu peux être fière de ton métier », puis j’ai fondu en larmes. Je pleurais comme une gourde dans la rue et me suis précipitée chez moi.

J’ai alors eu la nécessité de tout affronter, j’ai allumé le JT, ouvert une fenêtre Twitter, une autre Facebook et j’ai pu voir l’horreur. Sur Twitter, j’ai eu la bêtise de regarder la vidéo de ce policier se faisant tirer une balle en pleine tête. Sur Facebook j’ai vu le message de ce copain d’enfance bossant à proximité du drame et décrivant « cette atmosphère te retournant les tripes ». J’ai appelé mon père, puis quelques copines pour extérioriser tout mon mal être.

Je suis le genre de nana qui contrôle tout, qui ne supporte pas l’imprévu et la non-maitrise d’une situation. C’est parce que je n’avais aucune emprise sur ce tsunami de sentiments qui m’envahissait, que j’ai essayé de me calmer et de comprendre réellement ce qui me mettait dans cet état.

● Tout d’abord l’horreur des faits. Trois hommes tuant des dessinateurs et journalistes engagés ainsi que les policiers assurant leur protection, en plein coeur de Paris, à grand coup de kalachnikov, sans que les victimes aient la moindre chance de survie.

● Ensuite, la volonté de faire taire un média et l’image qu’il véhicule. Charlie Hebdo c’est la satire politique. Tout le monde en prend pour son grade, personne n’est épargné : politiques, religieux de tout horizon, personnalités publiques. Le leitmotiv de ce journal reste de faire rire en prenant pour planche d’inspiration des faits sociétaux, politiques et religieux. Et c’est à cet esprit caustique que l’on a voulu s’attaquer, et plus généralement à la liberté de la presse, et donc à l’une des valeurs fondamentale de notre pays.

● Puis, la tristesse des proches des victimes. En voyant des types comme Philippe Val sur France inter, on met des visages sur ces proches et leur douleur. Il est alors inévitable de s’approprier la souffrance qu’ils expriment.

● Enfin, le dernier élément constituant ma douleur fut de savoir que cet événement tragique allait être inévitablement récupéré à des fins politiques. Pour moi la fille profondément ancrée à gauche, il est douloureux de voir qu’un trop grand nombre de personnes font l’amalgame entre l’islam et ces terroristes.

Et dans l’après-midi, c’est immanquablement ce qu’il s’est produit. J’ai passé plusieurs heures à rendre hommage, à prôner l’unité nationale, en expliquant avec le plus de pédagogie possible aux réfractaires, que ces personnes n’étaient pas des musulmans et qu’ils ne pouvaient pas se réclamer de l’islam.

Sans grande surprise, ces efforts furent vains, alors en fin de journée, je me suis rendue à l’un de ces rassemblements rendant hommage à Charlie. Ce fut bouleversant d’amour et d’espoir. Nous étions des milliers de personnes rassemblées au nom de la liberté. Nous avons chanté la Marseillaise, scandé les mots « libertés d’expression » et « Charlie » et applaudi jusqu’à en avoir mal aux mains.

Lorsque je suis rentrée chez moi et que j’ai allumé la télé pour regarder le JT, je suis tombée sur le direct de ce type avec qui j’avais papoté à une soirée il y a quelques semaines, puis il y a eu le reportage de mon amie textotée plus tôt dans la journée. De nouveau, je me suis dis qu’ils avaient un métier fabuleux et que si aujourd’hui nous étions tous Charlie, demain c’était eux les vrais acteurs de la pensée libre !

***

Facebook | Twitter | Instagram | Pinterest

Sauf mention contraire, l'ensemble des textes et visuels présents sur ce site sont la propriété exclusive de leur auteur. Merci de ne pas les copier, reproduire ou redistribuer sous quelque forme que ce soit, sans une autorisation écrite de l'auteur.